Organisation et fonctionnement

 

La Fondation Jean Paul II pour le Sahel est co-gérée par neuf évêques pour chacun des neuf pays : le Burkina Faso, le Cap Vert, la Gambie, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.
 
La Fondation Jean Paul II pour le Sahel est constituée du :
Conseil d’administration,
Comité des projets,
Secrétariat général.

 

La Fondation Jean Paul II pour le Sahel s’appuie sur les Cellules de suivi diocésaines (CDS) pour l’encadrement et l’accompagnement des promoteurs, en collaboration avec le Conseil d’Administration et le Secrétariat général.
 
Les Cellules de suivi diocésaines ont pour rôle de :
 
Informer les populations sur les objectifs de la fondation et les modalités de présentation de dossier
Conseiller les promoteurs durant l’élaboration des dossiers de projets
Analyser les projets : faisabilité, crédibilité du promoteur, pertinence et viabilité du projet
Sélectionner les projets (les décisions sont prises sur avis motivés)
Suivre la mise en oeuvre
Produire un rapport sur les activités de suivi des promoteurs de son territoire qui donne des indications précises sur :
-la gestion des projets
-les effets pour les bénéficiaires
-l’activité de suivi et accompagnement des promoteurs
-la situation de remboursement
-l’impact.

 

Les articles 1, 4, 7,11 et 27 des statuts de la Fondation Jean Paul II pour le Sahel disposent du rôle et des attributions du Conseil Pontifical Cor Unum :
 

  • Le conseil Pontifical Cor Unum est chargé par le Saint Père de le représenter auprès de la Fondation Jean Paul II et d’en accompagner les activités ;
  • Le siège de la Fondation Jean Paul II est auprès du Conseil Pontifical Cor Unum, dont le Président est le représentant légal de la Fondation ;
  • Le Saint-Siège participe aux séances ordinaires et extraordinaires par un représentant, qui est son observateur ;
  • La Fondation Jean Paul II pour le Sahel ne peut être supprimée que par le Saint-Père .

 


Haut de page